mercredi 12 septembre 2018

Copie d’un courriel reçu il y a quelques années, envoyé par un architecte, manifestement marqué à jamais par les trois missions d’expertises qu’il a menées avec moi à Fresnes, Melun et Joux la Ville ...

A Etienne NOEL ( ….avant cher Maître ! )

Votre envoi me touche.
Je pense que vous avez raison dans votre quête.

Lors de nos missions à FRESNES MELUN e t DOUX, j’ai été très impressionné par les « dossiers » des prisonniers que le hazard de mon travail m’a fait rencontrer.
Impressionné, parce que la violence et la détresse me dérangent comme tout être humain.

Quoi qu’il en soit, même si je n’osais regarder dans les yeux les prisonniers que j’ai rencontrés, lors de mes visites, il demeure que se sont des hommes.
Je n’ai pas à juger ce qu’ils ont fait.

Je pense, vraisemblablement comme vous, que la sanction ne nous appartient pas.
Nous ne sommes pas juge, nous ne pouvons nous arroger le droit de sévir, voire de punir.
Situation très dure ! sinon cornélienne.

J’ose croire que les hommes ont encore une âme et un honneur, sinon un respect de l’autre, pour se faire sanction eux mêmes, puisque le respect commence par le nôtre.

Quoiqu’il en soit, nous n’avons pas le droit de les maltraiter. 

C’est pourquoi votre travail me touche, parce que je pense que vous n’êtes pas dans l’hypocrisie, tellement partagée dans notre société.

Le hazard nous donnera peut être l’occasion à nouveau d’œuvrer ensemble.
Vous œuvrez dans ce que la plupart des gens considèrent comme l’utopie, et que quelques uns considèrent comme la liberté et la perdurance de croire en certaines valeurs.
Notre salut est très certainement vers le haut, l’humanisme ?

Pour une aussi grande tache, vous avez choisi la bien difficile porte de nos règles et lois sociales, bon courage

Bravo à vous